Sélectionner une page

GUILLAUME VAMA – AGRICULTEUR à l’ILE DES PINS

BLOG CULINAIRE POUR LA PROMOTION DES CUISINIERS, DES PRODUCTEURS, DES PRODUITS ET DU TERROIR CALÉDONIEN !

Bien plus qu’une exploitation agricole, c’est un modèle de développement économique et d’insertion sociale que Guillaume développe sur son île natale.  Quel est votre parcours ? J’ai passé un CAP Horticulture en alternance avec la Chambre d’Agriculture et j’ai eu envie de monter ma propre entreprise. Durant 8 mois, j’ai fait le palabre coutumier chez moi, à l’île des Pins, pour pouvoir utiliser la terre et monter mon exploitation agricole. Et la production a débuté en début d’année. C’est le premier métier au monde, c’est la base, la nourriture. Et puis tous les jeunes kanak aiment travailler la terre et comme je voulais une entreprise qui serve d’exemple, qui donne envie aux jeunes de s’investir, j’ai choisi cette voie. Je produits essentiellement des fruits : pommes lianes, papayes, bananes, le tout sur 1 hectare. J’écoule la production directement sur l’île, au marché et auprès des hôtels. Pour moi, une exploitation agricole est un tout qui doit respecter l’environnement donc je fais aussi du recyclage. Par exemple, je récupère les bouteilles plastiques auprès des hôtels et je les utilise pour faire des godets pour mes semis. Je voudrais développer mon exploitation pour qu’elle fonctionne comme un écosystème ; en utilisant les principes de la permaculture, de l’hydroponie, de la foresterie. Et également pouvoir travailler avec des jeunes des tribus, leur montrer qu’on peut monter son projet, qu’on peut en vivre. C’est tout autant une entreprise agricole qu’humaine et philosophique que je souhaite mettre en place. Etes-vous fier du métier que vous faites ? Très fier ! Surtout d’être un exemple pour les jeunes de l’île des Pins. Il faut valoriser ce métier, donner confiance aux jeunes en leur montrant qu’ils peuvent se lancer. Il faut également favoriser l’accès au foncier, car ici, il y a beaucoup de problèmes entre clans et c’est très dur d’obtenir le palabre coutumier pour cultiver.

Source : article rédigé par Véronique Mézille dans le cadre de la manifestation JNJA organisé par l’ERPA

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cet article avec vos amis