Sélectionner une page

LE LETCHI OU LITCHI

BLOG CULINAIRE POUR LA PROMOTION DES CUISINIERS, DES PRODUCTEURS, DES PRODUITS ET DU TERROIR CALÉDONIEN !

Le letchi est un fruit associé au nouvel an chinois et ici en Nouvelle-Calédonie à la fête du letchi à Houilliou. Le litchi ou letchi (ici sur le territoire) ou Li Zhi (en chinois), est un fruit exotique succulent, gouteux et gourmand qui regorge de bienfaits pour notre organisme.

COMMENT POUSSE-T-IL ?
Le Letchi appartient à la famille des Sapindacées qui comprend plus de 2 000 essences d’arbres tropicaux et subtropicaux, d’arbustes et plantes grimpantes ou rampantes. Le litchi est un fruit provenant d’un arbre nommé Litchi chinensis, une espèce d’arbre tropical originaire du Sud de la Chine.. Dans son environnement, chaud et humide, cet arbre peut atteindre une vingtaine de mètres. Il est sensible au manque d’eau, il a besoin d’un environnement humide. Les fruits récoltés ne proviennent pas de vergers mais plutôt de petites parcelles dispersées, voire d’arbres isolés. Ils sont généralement multipliés par marcottage. Cet arbre peut atteindre jusqu’à 20 mètres et produit des quantités élevées de letchis, soit de 100 à 150 kg par année. C’est un proche parent du longane et du ramboutan.

Lors de la récolte, les grappes de fruits sont cassées ou coupées, et les fruits, protégés du soleil, sont ensuite détachés de leur grappe. Le letchi a une forme ovoïde, ceux-ci ont une peau dure et cassante de couleur rouge et composé de de nombreuse partie écailleuses. Il mesure entre 2 et 5 cm. Il est entouré d’une mince coque rugueuse, qui devient rigide après la cueillette. La pulpe est blanche gélatineuse et translucide, C’est un fruit très juteux et parfumé. Le letchi comprend un noyau central brun et lisse qui n’est pas comestible. Il arrête de murir après la cueillette.

UN PEU D’HISTOIRE :
Originaire de la Chine du sud, le letchi y est cultivé depuis plus de 3 000 ans. Véritable symbole de bonheur, le letchi était offert en guise d’offrandes, aux empereurs. On l’appelle parfois « Cerise de Chine ». Le letchi ait été introduit à Houaïllou (Nouvelle-Calédonie) par un colon originaire de l’île de la Réunion. M. Jolimont Kabar (1820-1914) est arrivé sur le territoire en 1868 avec, dans ses bagages trois graines de letchi. Sur ces trois graines, 2 seulement ont poussé. Selon le père O’Reilly, c’est le Bourbonnais Évenor de Greslan qui, en 1865, aurait introduit le letchi en Nouvelle-Calédonie dans son domaine de Nimba, à Dumbéa. La fête du Letchi en Nouvelle-Calédonie à lieu dans la commune de Houilliou à la mi-décembre dans la tribu de Gondé.

QUELQUES CHIFFRES : à venir
200 tonnes de letchis sont consommées en fonction de la production entre fin novembre et décembre en Nouvelle-Calédonie.

PLEINE SAISON :
Fin novembre à fin janvier.

LES VARIETES :
Litchi chinensis originaire de Chine et d’Indochine.
Litchi Philippenensis originaire de Philippe et d’Indonésie.

COMMENT LE CHOISIR ET LE CONSERVER ?
Au toucher, le letchi doit être dur et son écorce intacte. Ne prenez pas les letchis dont l’écorce craquelle. Il présente une peau rose parfois teintée de jaune quand il est mûr. Il se conserve au réfrigérateur bien au frais dans le bac à légumes du réfrigérateur dans un sac en plastique perforé quelques semaines, ou au congélateur dans leur coque. Le letchi peut être gardé jusqu’à 15 jours Si il est conservé à température ambiante, il faut le consommer dans les 48 heures, il aura tendance à fermenter et à devenir acides.
Pour le déguster : retirer la coque avec les doigts ou un couteau en prenant bien soin de ne pas couper la chair.

COMMENT LE CUISINER ?
Le letchi se consomme à toutes occasions. Cuisinez-le dans des plats exotiques, en jus, confiture, sauces et glace en tous genres. Ils peuvent être vendus en conserves, frais, séchés ou confits. Son goût est un mélange de fraise, de rose et de muscat. Il contient des vitamines B, C, des glucides, de fibres et des minéraux. Il est moyennement calorique (66kcal/100g).
Valeur nutritive du letchi pour 100 g :
Une portion de litchi (une grosse poignée de fruits sans coque ni noyau, soit 80 g) n’apporte que 50 Kilocalories, mais couvre 87% des besoins quotidiens en vitamine C et 16% de ceux en vitamine B9.
Calories : 66
Matières grasses : 0,4 g
Hydrates de carbone : 16,5 g
Protéines : 0,8 g
Riche en vitamine C et potassium

 

Sources : Wikipedia, NC1ère, Interfel, divers internet.

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cet article avec vos amis