Sélectionner une page

LA BANANE

BLOG CULINAIRE POUR LA PROMOTION DES CUISINIERS, DES PRODUCTEURS, DES PRODUITS ET DU TERROIR CALÉDONIEN !

Les bananes constituent une nourriture de base pour des millions de personnes sous les tropiques et dans le monde.
C’est le 2ème fruit le plus consommé au monde après les agrumes.  106 millions de tonnes de fruits produits chaque année dans le monde Les sélections effectuées par les hommes au travers des siècles ont permis de créer des variétés consommées actuellement.
On retrouve sa culture sur quasiment tous les continents. Près de 1 000 variétés de bananiers poussent à travers le monde. Ils existent 3 types de banane au niveau alimentaire : la banane dessert, la banane à cuire (banane plantain) et la banane à bière. Son histoire démarre il y a plus de 12 000 ans … , à la fin du XIX siècle, sa culture devient un enjeu économique de taille avec des choix politiques internationaux. Elle garnit les étals toute l’année, après avoir mûri au soleil des Antilles, de l’Afrique et de l’Amérique. Sa saveur gourmande et généreuse de la banane vous accompagne au quotidien, vous prodiguant ses bienfaits et son énergie au fil de la journée. C’est un ingrédient incontournable dans la culture et la cuisine calédonienne et de la zone Pacifique.

COMMENT POUSSE-T-IL ?

La famille des bananiers comprend un millier de variétés à dessert ou à cuire, mais le commerce mondial est dominé par la culture quasi-exclusive d’une seule variété, la banane Cavendish. 500 variétés de bananiers originaires des îles du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, îles Cook, Polynésie française, Micronésie, îles Salomon, Samoa, Fidji, Hawaii, Vanuatu) existent.

Le bananier proviendraient de bananier à graine d’ Extrême Orient : Asie Sud Orientale, Archipels malais et des Îles Philippines. On le trouve aussi dans les zones intertropicales. Le bananier s’épanouit sous les climats tropicaux. Le bananier n’est pas un arbre. Le bananier est une herbe tropicale géante dont la hauteur peut atteindre 9 mètres. Il appartient à la famille des musacées (Musaceae), qui regroupe de grandes plantes herbacées poussant sous les tropiques. Le bananier est d’ailleurs la plus grande herbe au monde.

Cette plante suit un cycle de croissance particulier, qui s’achève à la récolte de ses fruits. Il existe de nombreuses variétés de bananiers sauvages, mais la plupart d’entre eux forment des fruits non comestibles, à cause des graines noires et dures qui remplissent la pulpe. Sa tige donne naissance à des feuilles pouvant atteindre 3 mètres de haut. Roulées et imbriquées les unes dans les autres, elles finissent par former un tronc qui peut atteindre 10 mètres de hauteur. Il faut compter 1 an ½ avant que le bananier ne puisse fleurir et produire des régimes de bananes. Protégée par un tronc de feuilles, la tige de la plante poursuit sa croissance et finit par former une inflorescence recourbée vers le sol. À la floraison, au bout de 7 mois, elle se recouvre de pétales rouges violacés qui enveloppent des groupes de fleurs. Quand ces dernières finissent par faner et tomber, elles découvrent les groupes de jeunes bananes, appelées « doigts ». Le régime de bananes va évoluer et croître pendant 4 mois.

Chaque plante porte un régime de 50 à 200 fruits – voire 400 -, une seule fois dans son existence. Le tronc est d’ailleurs souvent détruit au moment de la récolte. Le régime se recourbe toujours du sommet vers le sol. Il est composé de « mains » dont le nombre est variable.

La récolte, par section du tronc, entraîne la mort de la plante. Les bananes sont cueillies avant maturité, en partie pour une question de conservation, mais aussi et surtout parce qu’elles mûrissent extrêmement mal sur l’arbre. En effet, les fruits gonflent et finissent par se fendre, donnant à la chair une texture farineuse désagréable. Les rejets formeront les nouveaux bananiers. Les bananes cueillies sont ensuite conditionnées et conservées entre + 12 et + 20°C,

UN PEU D’HISTOIRE :
Originaire d’Asie du Sud-Est, la banane serait consommée par l’homme depuis environ 7 000 ans. Une légende indienne rapporte que la banane Musa était originaire de l’île de Ceylan, paradis terrestre duquel ont été chassé Adam et Eve. Le bénéfice de sa découverte reviendrait à Marco Polo, qui l’appelait « pomme du paradis ». C’est à partir du XIXe siècle qu’elle fait son apparition sur les étals en Europe, ainsi qu’en Amérique du Nord. La banane est appelée figue aux Antilles. Au sein de la population kanak, certains bananiers ont un rôle socioculturel fort : ils symbolisent l’identité d’un clan, incarnent des fonctions protectrices et sont transmis lors d’offrandes prestigieuses de génération en génération.

QUELQUES CHIFFRES :
En 2010, la Nouvelle-Calédonie a produit 7000 tonnes de bananes dont 6000 tonnes ont été produites en tribu. Source IAC.

PLEINE SAISON : 
Janvier à décembre

LES VARIETES NC :
En 2011 et 2012 plusieurs campagnes de prospection dans l’archipel ont permis de redécouvrir des variétés anciennes (introduits lors de la colonisation austro mélanésienne) et d’enrichir la collection de bananiers de Nouvelle-Calédonie. Celle-ci comprend actuellement 22 variétés qui sont doublement sécurisée sous la forme in vitro au CePaCT** de Fidji. D’autres bananiers ont été repérés dans les trois provinces et feront l’objet d’une mise en collection. Source IAC.
Poingo
William,
Banane sucrière,
Banane figue pomme,
Banane rouge,
Banane chef (la Maoli)
Goldfinger.

COMMENT LA CHOISIR ET LA CONSERVER ?
Pour le conserver : la banane n’aime pas le froid ! Donc pas de réfrigérateur pour ce fruit qui continue à mûrir après sa récolte. Conservez-la à température ambiante, dans une corbeille de fruit (4 à 5 jours).
Pour le choisir : vous trouverez des fruits encore verts sur les étals. Choisissez-les ainsi, ils finiront de mûrir doucement chez vous. Laissez de côté les bananes tachées de brun clair. Cela signifie qu’elles ont gelé et qu’elles n’arriveront pas à maturité.
Les bananes sont généralement jaunes avec des taches brunâtres lorsqu’elles sont mûres et vertes quand elles ne le sont pas.

COMMENT LE CUISINER ?
Le fruit peut être consommé à l’état frais ou sous forme de bananes séchées. Des confitures et des compotes peuvent également être confectionnées. Le goût sucré de la banane provient de sa richesse en glucides. Sa texture moelleuse et dense n’empêche pas la bonne digestion de ce fruit gorgé de fibres. Elle convient à tous, des bébés aux adultes actifs, en passant par les grands sportifs. N’hésitez donc pas à croquer la banane par les deux bouts, du petit déjeuner au dîner, pour une bonne réserve d’énergie ! En plus de sa haute teneur en glucides (15.2), la banane est source de fibres. L’apport énergétique de la banane est en moyenne de 90 kcals pour 100 g, soit 381 kJ. Une banane pèse en moyenne 150 g, ce qui représentent 135 kcals. Source de manganèse (car 100 g de banane couvrent plus de 15% des VNR).
Source de vitamine B6(car 100 g de banane couvrent plus de 15% des VNR)
Source de potassium(car 100 g de banane couvrent plus de 15% des VNR)
Source de sélénium(car 100 g de banane couvrent plus de 15% des VNR)
Source de fibres(car 100 g de banane en contient plus que 3 g)

© Crédits Photos – Les Toqués du Caillou.
Sources : IAC – Interfel – Wikipedia – Le Point – DNC.

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cet article avec vos amis